Gumboots ? 

C’est à l’intérieur des mines d’or de Johannesburg, au début du 20ème siècle que commence l’histoire du Gumboot, ou du moins l’une de ses origines. Moyen de communication en premier lieu, permettant de contourner l’interdiction de parler, les mineurs ont commencé à utiliser ce qu’ils avaient toujours avec eux, à savoir leurs bottes. Le son des frappes faites sur les bottes en caoutchouc parvenant même dans l’obscurité, afin d’avertir d’un danger ou d’une action imminente, voire même juste de donner un signal de vie…

Peu à peu cette pratique, issue de la tradition d’une tribu sud-africaines, est sortie des entrailles de la terre pour devenir une activité que les mineurs partageaient en fin de semaine, durant leurs rares moments de repos. L’assimilation d’actions vécues quotidiennement, réintroduites dans la danse et enrichie de chants et de nouveaux rythmes (nés de la rencontre de ces hommes d’ethnies différentes venus travailler ensemble dans les mine), devient une pratique artistique à part entière, une danse percussive appelée Gumboot.

L’un des premiers spectacles à avoir raconté cette histoire sur scène, et a avoir fait des tournées internationales est GUMBOOTS. 

compagnie Ayoba

Créée en novembre 2016, la compagnie Ayoba axe son travail autour de la danse contemporaine et le Gumboots : percussion corporelle sud-africaine. Comment partager, se (re)connecter avec les autres et avec soi, avancer avec unité, se soutenir, se respecter, exister dans une société qui n’en laisse pas toujours la place…

La compagnie s’engage au près de tous les publics qu’elle a la chance de rencontrer et partage ses outils de création lors de stages. Utilisant le Gumboots, le chant et la danse contemporaine comme outils de communication, le groupe avance et crée ensemble un dialogue à chaque fois nouveau.

Nos formats :
Spectacles Gumboots et danse
> Formats modulables autour de la Gumboots Dance et des chants sud-africains.

> S
tages de Gumboots pour amateurs ou professionnels.
>
Team-building.

L’éQUIPE


Pauline de Lattre 

direction artistique – danseuse

Diplômée en Médiation Culturelle et du Monitorat de danse Afro-Américaine basé sur la technique Dunham, dispensé par l’école Free Dance Song à Paris, Pauline aime allier la recherche du contexte sociaux-culturel aux danses qu’elle étudie.    Une pratique artistique prend tout son sens dans ses origines et son évolution sociale, c’est pourquoi, elle associe voyages et apprentissages. 

Elle s’intéresse dans un premier temps à la culture brésilienne, aux danses et rythmes traditionnels, qu’elle découvre chaque fois différents selon la région où ils ont prit racine. Lors d’un de ses voyages à São Paulo elle rencontre une communauté d’artistes qui crée de nouveaux matériaux à partir des danses populaires, dans une expression contemporaine incrustée dans le présent. Cette forme de langage la marque profondément et ne la quittera plus par la suite. 

​Pauline découvre le Gumboot en 2011. Commence alors un travail de recherche sur l’histoire de cette danse, voyage qui l’emmènera vivre plusieurs mois en Afrique du Sud et collaborer avec des compagnies à rayonnement international tel que la « Flatfoot Dance Company » ou les « Via Katlehong ». Depuis, elle continue ses échanges avec des artistes sud-africains et fonde en 2016 la compagnie Ayoba.

​Elle collabore également en tant qu’interprète dans des compagnies de danse contemporaine et en tant que chorégraphe dans des projets théâtraux, où elle met le mouvement au service des textes et des personnages.

Syrielle Guignard 

danseuse – percussioniste – chanteuse 

Formée à diverses pratiques artistiques, Syrielle Guignard se plait à jongler de l’une à l’autre, qu’elles soient picturales ou vivantes. Elle débute à l’âge de 10 ans avec l’opéra «La Flûte enchantée » et poursuivra ses études dans les arts plastiques et la musique. 

Elle découvre à la fois la danse contemporaine et afro-contemporaine auprès des chorégraphes Berrak Yedek et Naïma Boukhanef, puis les chants polyphoniques des pays de l’Est et d’ailleurs, à travers plusieurs stages.

Formée en percussions et chants afro-cubains avec Pascal Parent, elle décide en 2009 de continuer sa formation à Paris. Elle y intègre l’école de théâtre l’Éponyme où elle rencontre la chorégraphe Michaela Meschke qui la recrute pour son projet Walkwoman (performances de rue festives et participatives). Elle poursuit en parallèle sa formation dans les percussions traditionnelles brésiliennes en intégrant le groupe Maracatu Naçao Oju Oba mené par le Mestre Letho Nascimento et se forme au Gumboots dans la compagnie Ayoba, avec les chorégraphes sud-africains Thando Bezana puis Vuyani Feni. 

En 2014, elle obtient un DEM (Diplôme d’Études Musicales) en percussions traditionnelles au CRR de Paris (classe de Paul Mindy) et poursuit aujourd’hui ses études avec l’apprentissage des batas (percussions afro-cubaines) au conservatoire de Gennevilliers dans la classe de Sebastian Quezada. 

Depuis 2017 elle enseigne la percussion afro-cubaine par la pratique des congas.

Percussionniste et chanteuse dans les groupes : Agama (fusion jazz/Cuba), Aladê (Brésil), Triozelas (Brésil, Réunion, Haïti et autres), Quisqueya Sisters (Antilles et Amérique latine).

Camille Le Bot 

danseuse


Originaire de Bretagne, Camille a été formée par Raza et Ahmed Hamadi ainsi que Sadok Kechana à l’Espace Pléiade de Paris où elle a obtenu son diplôme d’État de professeur de danse.

À 24 ans, elle continue à se former auprès de grands chorégraphes et enseigne maintenant dans différentes écoles privées ou conservatoires pour transmettre sa passion avec rigueur, dynamisme, fluidité mais surtout partage.

Elle intègre en parallèle la compagnie de danse moderne et contemporaine Space and Movement, dirigée par Valentin Brunnerontemporaine Space and Movement, dirigée par Valentin Brunner.

Benoît Lerat

danseur – comédien

Comédien formé au Cours Peyran Lacroix (Paris) en 2008, Benoît commence également l’apprentissage des claquettes cette année-là, trouvant ainsi le lien entre ses désirs de scène et son enfance derrière une batterie.

Il exerce son métier de comédien au détour de nombreuses expériences au théâtre et au cinéma avec une envie grandissante de s’exprimer avec son corps.

Il découvre en 2015 les arts du cirque et se forme à différentes danses qui viendront apporter de la couleur à ses chorégraphies de claquettes.​

En 2017, il crée cocasse compagnie, une compagnie de spectacles de rue mélangeant toutes les disciplines qu’il affectionne, découvre le Gumboot et intègre la compagnie Ayoba, trouvant de nouveau un art de la scène mélangeant langage du corps et percussions.

Caroline Mercier

danseuse – comédienne – chanteuse 

Caroline a passé son bac d’abord… Entre les cours de danse, de théâtre et les chansons qui lui venaient du cœur. Depuis, sa formation est nourrie par l’Ecole Florent, le conservatoire du 20 ème arrondissement de Paris dans la classe de Pascal Parsat et plus récemment les stages d’Actor Studio de Robert Castle pour l’Art dramatique. Concernant la danse, elle suivit la formation professionnelle du Centre Georges Momboye en danse africaine traditionnelle et contemporaine puis passa deux années aux RIDC où elle se perfectionna grâce à la rencontre de nombreux chorégraphes contemporains.

Quant au chant, la composition, l’écriture, la scène… C’est à l’Académie des Arts Urbains de Bruno Berbérès qu’elle se professionnalisa, coachée notamment par Damien Silvert.

​Elle évolue donc depuis ses débuts dans des milieux aussi différents les uns des autres que complémentaires, entre le cinéma_sous la direction de réalisateurs comme Vincent Garenq ou au sein du Happy Collectif qu’elle a créé avec d’autres comédiens, réalisateurs, monteurs, scénaristes ; le théâtre, le théâtre de rue ; la danse contemporaine et africaine, d’abord avec la compagnie Manila puis sa rencontre décisive avec Lila Greene ; la musique ou encore la comédie musicale (« 80 jours, un pari est un paris », « Pinocchio, le musical »).

On la retrouve aujourd’hui dansant sous la direction de Seydou Boro, Philippe Ménart, Christelle François, jouant avec le collectif Sangs Mêlés pour des interventions piquantes, drôles et poétiques dans des contextes variés ou encore chantant, entre autres, dans son duo contrebasse-voix TOYKISS.

Pourtant alors simple spectatrice, elle fut gagnée il y a quelques années par l’énergie du Gumboot, loin d’imaginer un jour la traverser et la partager. C’est avec une immense joie qu’elle rejoint la compagnie Ayoba !